La mondialisation exige que la prospérité des nations fasse l’objet d’une concertation permanente car la misère des uns met en péril la croissance de tous. La pauvreté et les conflits qui agitent l’Afrique font de l’Europe un exutoire de la misère. De plus en plus nombreux, les réfugiés économiques et politiques sollicitent l’asile devant des conditions de vie de plus en plus difficiles dans leurs pays d’origine.

 

L’Europe ne peut accueillir la misère du monde, mais la mise en place d’un arsenal répressif dissuadant l’établissement des demandeurs d’asile n’est pas la solution adéquate. C’est en s’investissant partout dans le respect des droits fondamentaux de la personne humaine que l’Europe pourra lutter efficacement contre les flux migratoires qui s’accompagnent de la montée de l’extrême-droite et de l’intolérance.

 

En l’an 2025 le continent africain comptera près d’un milliard et demi d’habitants et les perspectives de croissances économiques sont partout contrariées par des conflits ethniques et militaires. Si rien n’est entrepris à temps pour donner à l’Afrique les moyens d’un développement dans la paix et le respect des droits de l’homme, l’Europe sera bientôt confrontée à une invasion massive à laquelle elle ne pourra faire face.

 

Eurafrica plaidera auprès des décideurs européens pour que toute l’aide structurelle nécessaire au développement de l’Afrique lui soit apportée afin que l’avènement de sociétés démocratiques permette le libre épanouissement de ses forces vives. Chacun peut comprendre que le soutien apporté aujourd’hui aux dictatures est un facteur de déstabilisation future de l’Europe.

 

Une réelle solidarité entre les Etats sera la base d’une coexistence pacifique. L’établissement de structures de conseil et d’accompagnement seront nécessaires pour l’aide au retour des étudiants étrangers ainsi que la prise en charge d’une formation qualifiante pour les demandeurs d’asile durant la période d’examen de leurs dossiers.

 

Tolérance, partage, générosité, mais aussi fermeté et respect des lois seront les thèmes abordés au cours de rencontres, séminaires et débats intercommunautaires.