Bons nombres d’historiens et de sociologues conviennent que le racisme trouve son origine dans la justification idéologique de la traite négrière qui a dissimulé et falsifié l’humanité du Noir.

 

L’Occident a accumulé les richesses en recourant à une main d’œuvre gratuite. Cette douloureuse période de l’histoire s’est poursuivie par la colonisation et le maintien de l’esclave à demeure.

 

Vouloir ignorer ces vérités historiques et ignorer les préjugés raciaux qui en découlent aura pour seule conséquence de renforcer, chez les uns et les autres, un inconscient collectif qui se manifeste par le rejet d’autrui et l’affirmation stérile d’identités réductrices. Agir pour le meilleur devenir de l’homme, c’est dénoncer le passé, pardonner et œuvrer en commun pour l’avenir de l’humanité.

 

Ces deux grandes communautés humaines que sont l’Europe et l’Afrique doivent connaître et accepter leur passé commun. L’Afrique, berceau de l’humanité, entend renforcer ses sentiments de fraternité avec l’Europe et celle-ci, berceau de l’humanisme, manifeste davantage sa volonté d’accompagner l’Afrique sur la voie de la prospérité.

Le nouveau rayonnement de l’humanisme européen à la rencontre des solidarités africaines permet l’établissement d’une société interculturelle. Cette société ne seras pas multiraciale et dominée par les préjugés dans une simple juxtaposition de communautés repliées sur elles-mêmes mais consciente de ses devoirs de fraternité. L’humanisme solidaire est le seul moyen de lutter partout contre la pauvreté, les exclusions et le retour des nationalismes qui les accompagnent.

 

Eurafrica se propose d’organiser des rencontres interculturelles susceptibles de favoriser une nouvelle perception de l’altérité.